Les coups de coeur de Bruno

Tout d'abord quelques sites


Ils m'ont donné envie de partir : http://www.soyouz.ca/index.html

Rassure-toi, papa, je ne suis pas le seul à vélo sur les pistes africaines : http://www.cyclosite.be/liens/pages/voyages/afrique.html

Vous voulez voyager en Afrique de l’Ouest, partez avec mes amis de Ouagadougou : http://www.aventuriers-afrique.tk/

Un peu de nostalgie, le site de mon chez moi dans les Vosges : http://www.chapelle-des-ves.com/


Nous nous sommes croisés en vélo sur les routes africaines :

On s'est rencontré au Niger et l'on s'est échangé souvent des infos via le net, Eric et Amaya après avoir traversé l'Afrique sont partis pour l'Inde... à vélo : http://www.worldbiking.info

Olivier, on a roulé à quelques jours d'intervale au Mali, et l'on s'est tout de même retrouvé au Burkina ; son blog : imposetachance.topdepart.com

Pour mon plus grand plaisir, nous avons roulé un mois ensemble de Dar El Salam à la frontière zambio-botswanienne, on se retrouvera sans doute à Cap Town (eux partant en Namibie pendant que je roule au Botswana), Philipp et Valeska roulent depuis le Cap Nord et ont dû franchir les 20.000 kilomètres à vélo un peu après notre séparation, leur site : www.2-play-on-earth.net

Au Maroc, on croise pas mal de cyclotouristes en partance pour l’Afrique du Sud, ils en sont donc qu’au tout début, bon voyage :
  1. Dave est un jeune irlandais, en superbe tenue sportive de cycliste (ça fait pas très africain !), que j’ai croisé un peu avant la frontière maroco-mauritanienne ; son site personnel est accessible sous le site collectif qui regroupe de nombreux carnets de voyages de cyclistes : www.crazyguyonabike.com et entrez "An African Adventure, Dave Loughlin" dans le moteur de recherche du site collectif.
  2. Jacques est un jeune retraité suisse qui un jour a eu, dit-il, comme une illumination représentant les sept continents, il a pensé que c’était un signe et il a décidé d’aller les parcourir pendant sept ans, après réflexion il a choisi le vélo, je l’ai rencontré au Sahara Occidental dans une station service où nous faisions halte pour la nuit, il tire une petite remorque incroyablement chargée (mais il a tout prévu pour être autonome, des pièces de rechange du vélo à l’ordinateur portable en passant par le chargeur solaire, la pompe à eau, etc.) : www.mondenvelo.ch
  3. Ils avaient rencontré Jacques avant moi et faisaient donc un bout de route ensemble, Florence et Jean-Philippe sont un jeune couple de Français également sur la route du Cap et tout aussi chargés que Jacques, mais là c’est la guitare, le ballon de foot, les objets pour faire de la jonglerie, etc. : www.africavelo.com (presque comme mon nom de site !).
  4. Encore un cycliste en partance pour l'Afrique du sud ; j'ai croisé Andreas, venant de Suède, entre Marrakech et Méknes ; bonne route Andreas, car de la route il t'en reste ! Son site : www.NARFSTROM.SE
Au Maroc, il y a aussi ceux, sans doute moins nombreux, qui remontent vers le Nord parce que leur balade va prendre fin, c'est le cas de François, un Breton avec qui j'ai fait un bout de route pendant quelques jours, de Tarfaya à Agadir (pas vraiment la partie la plus facile dans ce vent saharien d'enfer, et donc faire des relais à deux ça aide bien !) ; allez voir son site, il en est à son deuxième tour du monde à vélo : www.unautretour.com


Et puis, les bonnes adresses trouvées en route


Sénégal

L'hôtel Via Via à Yoff (Dakar) : accueil sympathique, excellente cuisine, prix raisonnable pour Dakar.
L'hôtel, tenu par des Belges, fonctionne en connexion avec une association qui vient en aide aux enfants mendiants de Yoff, initiative à encourager donc en allant à cet hôtel.

Chez Pierrot, auberge des Grands Hommes, à Ndiolofene (St Louis-Sénégal), bon marché, accueillant, quartier tranquille.

Les jardins du Fouta, à Gamadji Sari (Sénégal) : Joseph (un toubab) et sa conjointe Mame proposent des chambres d'hôte qui sont comme un petit paradis au milieu de ce Fouta sec et chaud.

Burkina Faso

Un hôtel tranquille a Bobodioulasso (Burkina), hôtel au service impécable (le patron a vécu en France) : hôtel Algouta 00 (226) 20 98 07 92.

Un hôtel sympathique à Ouagadougou (Burkina) qui, en plus d'être un hôtel, héberge un centre d'accueil de jour des enfants de la rue (ils y sont nourris et on leur fait un peu l'école) : Auberge SONG TAABA rue Toabya, quartier Goughin ; 00 (226) 70 23 32 85 salif_asso7@yahoo.fr .

Niger

A Gouré (Niger) la mairie dispose d'un hébergement (chambre, salon, salle d'eau) pour étrangers de passage, vous y serez très bien accueilli.

Hôtel accueillant, central, assez bon marché avec une terasse fort agréable le soir, à Agadez (Niger) : hôtel TIDENE.

Si vous empruntez la jolie petite piste entre Papouignan et Cové, arrêtez vous au village de Doubedoro et allez rendre visite à Michel Toboco, un jeune artiste peintre sur toile ou contreplaqué, à encourager...

Bénin

Petite auberge très sympathique, au calme, très soignée et bon marché à Parakou (Bénin) : Auberge l'Oiseau bleu, quartier Kpébié, près du bar Le temple : 23 61 41 41. loiseaubleuhotel@yahoo.fr

Ethiopie

Vous voulez voyager en 4x4 à travers l'Ethiopie, faites confiance à l'équipe de Abey, nous l'avons testée et c'était super : ABEY ROADS Tel. 251 011 416 9382 / 251 091 160 4158 www.abey-roads.com abey_roads@yahoo.com

Kenya

La chambre n'est pas specialement bon marché (15 euros la single en B&B), mais le service est impecable et surtout l'accueil est trés pro (ils ont fait vraiment le maximum pour m'aider à réparer mon vélo en panne) : Hôtel BOMEN à ISIOLO (Kenya) Tel : 064 522 25

Vous voulez aller au sommet du Mont Kenya en randonnée (pic Lenana), passez par le voie Chogoria (c'est une très belle balade). Au village de Chogoria, allez au Motel Transit (à 2 kms de piste du village), l'accueil y est sympa et le coin est très calme, vous y trouverai guide (officiel, c'est obligatoire pour entrer dans le Parc National), porteurs, voire cook si vous en avez besoin. Demandez Japhet Njeru Nabea, il est peu causant, mais il connait parfaitement son boulot, il est monté au sommet prés de 80 fois, pour preuve il m'a amené au sommet alors que j'étais en basket et qu'il y avait de la neige.

Nouvel hôtel à Maralal (Kenya), sympa, avec une réceptioniste pleine d'attention pour les clients (en tout cas pour moi) qui veulent se ballader dans le coin, elle vous aidera à tout organiser : CHEERS GUESTHOUSE Tel. 06562204 / 0722655877

Madagascar

Loin de la concentration touristique et pourtant c'est bien sur l'île de Nosy Be (Madagascar), allez au nord vers la Baie de Befotaka, cela s'appelle Ampasinbava Beach, c'est au bord d'une plage de rêve hyper tranquille, il y a de petits baungalows et un resto tenu par un Italien et sa compagne Malgache : Tél. 033 142 4710 / 032 402 423.

Toujours à Madagascar, encore une superbe baie tranquille loin des touristes, cette fois-ci la Baie du Courrier, tout au Nord, à 40 kilometres environ de Diego (piste sportive si vous y allez, comme moi, en vélo !), une table d'hôte où l'on mange super bien, de petits bungalows simples, un village de pêcheurs, une belle plage un peu plus loin, des possibilités de rando ou de balades en mer... que demander de plus ? MADIRO KITAMBY chez Manuel et Joëlle, Tél. 00261 20 82 900 85. Email : herfraym@yahoo.fr

Vous voulez voyager à Madagascar avec un guide-chauffeur francophone, francophile, conducteur prudent, guide connaissant bien son pays, très sympathique, bon vivant, etc. n'hésitez pas à contacter Alberto RAMAHERY JAONA au (261) (0)32 023 74 77 / ramaheryjaona@yahoo.fr.
Vous ne serez pas déçu, on a fait un super voyage avec lui cet été pendant trois semaines.

A Fianarantsoa (Madagascar), une très bonne adresse d'hôtel. Ce n'est pas extrêmement bon marché, mais l'auberge finance la restauration de la vieille ville, initiative tenant donc autant à la sauvegarde du patrimoine qu'à l'aide à l'amélioration de l'habitat des populations assez pauvres qui vivent dans ce quartier historique, une initiative a encourager donc. TSARA Guesthouse : (261) 20 75 502 06 / www.tsraguest.com

Vous voulez descendre la Tsiribihina (Madagascar) en pirogue, partez avec un bon piroguier, excellent cuisinier et guide compétent : Fidèle RANDIMBISOA guide-piroguier à côté de l'hôpital MIANDRIVAZO (614) MADAGASCAR.
Vous préférez descendre cette rivière en barge à moteur (plus confortable, mais plus cher), je n'ai pas vraiment testé, mais je vous indique les coordonnées de la sympathique équipe qui, lors de ma crise de lombalgie en bord du fleuve, m'a recueilli à bord et m'a rapatrié avec beaucoup de prévenance à Miandrivazo : Léon Samuel RAZAFINDRAHILA
Lot 03A30 Ambavahadimangatsiaka Antsirabe Madagascar. Tél. 033 12 940 97 / leon_samy@yahoo.fr.

Le personnel de l'hôtel de la Reine Rasalino à Miandrivazo (Madagascar) a été très accueillant et sympathique à mon égard pendant ma semaine de convalescence de lombalgie ; je recommande donc ce lieu d'hébergement. Vous pourrez d'ailleurs également organiser une descente de la Tsiribihina en barge à moteur en contactant à cet hôtel
Catherine ZIPSY ; Tél. 95 720 00 / 032 43 315 38.

Sur la route vers Antsirabe (Madagascar), un restaurant réputé pour sa cuisine familiale à la française (grenouilles, escargots, etc.) et un hôtel qui sent bon le temps jadis (chambres très propres avec du mobilier des années soixante, un gros édredon comme chez mamy, des petits napperons, etc.), tranquille et avec du personnel très sympathique : Au rendez-vous des pêcheurs, AMBATOLAMPY, Tél. (261 - 20) 42 492 04.

Mon coup de coeur sur l'île de Sainte Marie à Madagascar : la Cocoteraie Robert, tout au Nord de l'île, restauration et hébergement dans un paradis de tranquilité.

Tanzanie

Un coup de coeur sur la route de Dar El Salam à Mbeya en Tanzanie, plus précisemment à 55 kilométres au sud de la ville de Iringa : the Old Farm Kisolanza. Ne manquez pas le dîner aux chandelles...

Zambie

Loger au calme à Lusaka (Zambie) : la mission Gossner, située à Ibex Hill Rd. 43A (en périphérie de la ville), n’est pas un hébergement officiel mais loue quelques chambres lorsqu’elle n’a pas de coopérants à loger, et il est possible, et agréable, de camper sous les arbres en fleur du vaste et beau jardin de la mission. Contactez à l’avance Peter, le boss : 26 15 80.

Botswana

Un bush-camp confortable, calme et isolé, avec un patron hyper accueillant, un site où l’on peut camper ou louer un bungalow, un site avec une bonne table, de la bière fraiche, etc., à prix raisonnable, à 50 kilomètres au nord de Nata (Botswana) : Elephant Sands Camp site, P. O. Box 416 Francistown Botswana. Tel. (267) 71 35 50 82.

Afrique du Sud

Britstown (Afrique du sud), Nationale 12 à mi-chemin entre Kimberley et Beaufort West, un bourg rural perdu au milieu du Grand Karoo, un hôtel-restaurant datant de la fin du XIXe qui a su garder l'esprit de l'accueil du voyageur au long court, un hôtel devenu chic mais qui a su garder une ou deux chambres backpackers (routard), un restaurant succulent et une cave merveilleuse, une épicerie de produits fins locaux ; l'arret vaut vraiment le coup : Transkaroo Country Lodge PO Box 10 Britstown 8782  Tel (053)6720027  tklodge@telkom.net.co.za

Une gare, une antenne téléphonique, une éolienne, une station service, un B&B-bar-épicerie, la poussiére soulevée par les semi-remorques, et sinon rien, rien que la steppe sèche du Grand Karoo ! Si cette ambiance trés authentique vous plait, passez la nuit au South and North B&B de Prins Albertweg (Nationale 1 à 100 kms au Sud-ouest de Beaufort West, Afrique du Sud), le jeune couple qui le tient sera à vos petits soins, en toute simplicité, un délice de prevenance.

Le détours par Prince Albert vaut vraiment la peine, ce village est tout à fait charmant et le vin et la table y sont excellents. Séjournez chez Louis au B&B Kuierhuis Guesthouse, dans la rue principale un peu avant l'église, côté droit de la rue en venant de Prins Albertweg : pour pas cher (20 euros petit déjeuner inclu) le studio (chambre, cuisine, salle de bain) est super et donne sur un beau jardin garantissant ombre et tranquilité.

Mauritanie

A 125 kilomètres au Nord de Nouakchott (Mauritanie), sur la route qui mène à Nouadhibou, si vous voulez faire une halte pour la nuit, en particulier si vous arrivez de Nouadhibou, plutôt que d’aller dormir dans la Nouakchott polluée et bruyante, arrêtez-vous au campement « Projet Manata » (un panneau assez visible indique « Camping ») calme, au milieu des dunes et authentiquement saharien (donc assez rudimentaire : tente bédouine avec nattes et matelas, de l’eau mais pas de sanitaires, repas simple), on y est très bien accueilli ; vous trouverez que c’est un peu cher pour la prestation (10 euros pour la nuit) mais dites-vous que cet argent sera bien utilisé par ces gens du désert qui n’ont rien ou presque.

Maroc et Sahara Occidental

Comme ce n’est pas recommandé de faire du camping sauvage au sud du Sahara Occidental car la région est minée, je conseille aux cyclistes de faire halte aux stations d’essence suivantes : à Barbas (145 kms au nord de Nouadhibou) c’est un hôtel ; à Chacas (160 kms au nord de Barbas) on peut dresser la tente derrière le bar-épicerie de la station, c’est à l’abri du vent. Ensuite, après Dakhla le problème des mines ne se pose plus, mais si vous voulez dormir tranquillement à l’abri du vent (plutôt qu’en plein vent sous la tente, du moins si vous roulez pendant la saison des vents comme moi je l’ai fait en janvier), vous serez bien accueillis aux stations suivantes : à Lcrâa (176 kms au nord de Dakhla) il y a une pièce (nue mais propre) disponible pour dormir ; à Lamsid (81 kms au nord de Boujdour) la salle de repos est impeccable, avec matelas et oreillers confortables.

Si vous voulez visiter le beau site archéologique de Volubilis (superbes mosaïques romaines notamment), à 25 kilomètres au nord de Meknes (Maroc), je vous conseille de passer la nuit dans le bourg qui jouxte le site et qui s'appelle Moulay Idriss ; allez à la maison d'hôtes SLIMANI (035 54 47 93), on y accède en montant la ruelle en escaliers qui part à gauche juste à l'entrée du mausolée du bourg (on accède au mausolée en haut de la place centrale, c'est facile à trouver), c'est une maison d'hôte dans un beau bâtiment traditionnel, bien restauré, avec goût et simplicité, c'est calme, l'accueil du propriétaire est attentionné, discret (presque timide) et efficace ; et si l'on commande à l'avance, le dîner et le petit déjeuner sont copieux et fait maison. Je m'y suis vraiment plu et du coup y suis resté plus que prévu.


Petites annonces et coups de coeur "humanitaires"


Un petit coup de pouce pour l’association de mon cher Dominique, allez voir le site de cette association vosgienne d’aide à un village du Mali, et adhérez : www.yorola.org

Si vous voulez faire quelque chose pour Madagascar, dans le domaine de l'aide humanitaire ou de l'aide au développement, je vous recommande vivement l'association de mon ami Laurent, un français qui habite à Tananarive : « Déclic Jeunes » est une association qui fonctionne par parrainages d'enfants ou d'adolescent(e)s dans lesquels Laurent a détecté un réel potentiel pour peu que l'on leurs offre les moyens de suivre une formation scolaire et/ou professionnelle de qualité et un suivi socio-pédagogique (assuré par l'association) ; alors n'hésitez pas, devenez, comme moi, parrain ou marraine. Cliquez ici pour accéder à plus d'information sur Declic Jeunes.

Si vous voulez aider une mission catholique en Afrique, et donc aider la population vivant près de cette mission, pensez à la mission de la ville de Rosso en Mauritanie (frontière avec le Sénégal), la discussion que j’ai eue avec le père René Prévot (Eglise, BP 20, Rosso, Mauritanie) m’a convaincu qu’ils font du bon boulot là-bas : école maternelle, associations de femmes en coopératives, creusement et entretien de pompes pour l’eau des puits et, plus original, une bibliothèque qui fonctionne super bien (nombreux adhérents, fréquentation importante, en particulier les collégiens et lycéens car la bibliothèque est notamment dotée de manuels scolaires français recyclés – les programmes sont très similaires dans les deux pays – ce qui représente une belle aubaine pour des familles qui n’ont pas les moyens d’acheter des livres d’école dans un pays où le système scolaire manque de tout, mais aussi les professeurs qui pour la même raison viennent préparer leurs cours ou leurs sujets de colle à partir des manuels d’enseignants également disponibles à la bibliothèque), bref une initiative étonnante en terre d’Islam qui, à mon sens, mérite d’être soutenue.

J’ai reçu le message suivant de mon ami Robert de Ouagadougou (pour mémoire, Robert est un ami très proche de mon pote burkinabais Salia).
« Je suis en train de me battre pour mon asso et ça l'air de bien décoller. Je viens de signer un partenariat technique avec le ministère et compte en signer les jours qui viennent avec la croix rouge. Nous parrainons 20 enfants par le biais d'une école dénommé Wend-pouiré. Nous venons d'organiser les 72 heures de l'enfance en difficulté et comptons faire des distribution d'habits la semaine prochaine. Nous avons 2 filles de la Bretagne qui sont des volontaires pour l'asso. Elles resteront jusqu'en juin. Nous recherchons toujours des volontaires ou des bénévoles pour nous soutenir. Nous avons en projet la construction d'un centre d'apprentissage. Dans le domaine de la réinsertion nous avons pu mettre 12 jeunes dans des centres et ateliers. Au cas si vous connaissez des associations qui travaillent dans le même sens ça me plairait de leurs écrire. Si toutefois des personne aimerait parrainer les enfants cela sera une épine de moins. L'envoi d'habits, de médicaments, de kit scolaire sera d'un grand apport. J'ai un psychologue, un juriste, un pédiatre, deux infirmiers et 6 enseignants qui m'aident dans ce projet. Pour plus ample info, cliquer sur www.ajes-sinignansigi.tk ou www.sinignansigi.asso.fr ou appeler au 00226 76517664 ou au 00226 78906058 ou écrire à ILBOUDO K Robert Président fondateur Association Jeunesse solidarité SINIGNANSIGI 11 BP 181 CMS Ouaga 11 Burkina Faso.

Le village de BONIGOUROU (commune de PEHONCO, Bénin) cherche un partenariat avec une collectivité, association, etc. européenne pour l'aider à construire une église. Contact SABIDOTIA SABI, lycéen au CEG de Pehonco (classe de 1ére), Bénin.

Le village de GBANANME (près de COVE) cherche un partenariat avec une collectivité, association, etc. européenne pour l'aider à "achever" (il n'y a pas beaucopu plus que les fondations) la construction de l'église. Contact : François LISSAVA Cathéchiste à la paroisse Ste Odile de Banamé BP 75 GOVE Bénin. 97 10 22 52 / 97 89 13 96

Si je l'avais rencontre en ville et non pas en pleine brousse, je n'en parlerais pas car il était un peu trop collant et un peu confus ; cela dit, Joel Musya Mutindi voudrait qu'on lui vienne en aide (si j'ai bien compris, il voudrait poursuivre ses études, mais comme sa mère est sans conjoint, il doit travailler pour subvenir à la famille). Son contact : NGUUTANI boys school P. O. Box 338 NWINGI Kenya

M. Gisson Puso (P. O. Box 10234, Tati Town, Botswana / Tel. 72 70 80 46) fait de son mieux pour représenter et aider les familles rurales de la région de Nata (Botswana) touchées par les conséquences socio-économiques du Sida (orphelins, sans domicile fixe, sans ressources faute de travail...) ; il cherche aide et appuie venant d’Europe, si vous voulez vous impliquer, contactez le.

Alioure Badara MBOUR, que j’ai rencontré au bord du goudron, cherche des partenaires de développement pour sa commune (éducation, santé, etc.) de RAO à 19 kilomètres au sud de Saint-Louis du Sénégal ; mais je ne retrouve plus son numéro de téléphone !

Sans aucun rapport avec mon site, mais bon, un peu de pub pour mon ami Jean-Jacques, allez consulter son site : http://www.boulet-gigi.com


Un peu de musique


Parmi les préparatifs, le remplissage de mon super Ipod Nano tout neuf de 4 gigas n’a pas été l’opération la moins coûteuse en temps, l’occasion aussi de dépoussiérer ma discothèque de CD et de redécouvrir quelques perles oubliées, mes coups de cœur musicaux (short list) pour partir…


…dans la rubrique Jazz, l’album « Country cooking » du Chris McGregord’s Brotherhood of Breath, tout l’album est super (avec, naturellement pour le départ, un clin d’œil avec le morceau « Dakar »)…

…dans la rubrique Classique, Mozart bien sûr, la Flûte enchantée, l’aria de Pamina au second acte « Ah, je le sens, c’est fini, les joies de l’amour sont perdues… » interprété par Evelyne Lear, sous la direction de Karl Böhm (Philharmonique de Berlin). Et puis naturellement un peu de basson : sonate en sol mineur, opus 2, n°8 de Haendel, interprétée par Roger Birnstingl et Kim Walker…

…dans la rubrique Pop, Sting, dans « They dance alone » (album « Noting like the sun ») et, dans un autre style, The Rolling Stones « Let’s spend the night together » (album « Still life »)…

…dans la rubrique World, « Lapin » de Geoffrey Oryema dans son album « Spirit », mais que les familles Lecomte et Colin se rassurent, je pars aussi avec « Mada » de Habib Koïté dans son album « Maya »…

…dans la rubrique Chanson française enfin, un classique, mais c’est si bon : « Tombé du ciel » de Jacques Higelin (album « Follow the live ») et, moins classique, Nougaro, « L’île Hélène » (album « Embarquement immédiat »)…



Mes lectures...


Et des milliers de pages de littérature française dispersées à travers l'Afrique car, pour des raisons de poids dans les sacoches, dès qu'une page était lue, elle était détachée du volume et laissée dans la chambre de l'hôtel, sur la table du bistrot, etc.


Marcel PROUST
A la recherche du temps perdu
  • Du côté de chez Swann
  • A l'ombre des jeunes filles en fleur
  • Le côté de Guermantes
  • Sodome et Gomor
  • La prisonnière
  • Albertine disparue
Albert CAMUS
Un volume de la Pléiade
  • Lettres a un ami allemand
  • La peste
  • État de siège
  • Actuelles
  • Articles et éditoriaux à Combat, etc.
  • Carnets I à VI
Denis DIDEROT
  • Correspondance
Guy de MAUPASSANT
  • Contes de jour et de nuit
Honoré de BALZAC
  • Le père Goriot
  • Illusions perdues
  • Splendeurs et misères des courtisanes
SAINT AUGUSTIN
  • Les aveux
Philip ROTH
  • Goodbye Columbus
Daniel PICOULY
  • Tête de nègre
Alessandro BARICCO
  • Novecento : pianiste
  • Soie